Aveyron Labo

Actualités

sécurité des aliments : rappels des produits en 2017

Une étude établie par la revue Process alimentaire* propose le bilan des causes majeures de rappels produits en 2017.

Les principaux motifs de rappels de produits sont :

  • Présence d’ALLERGENES non mentionnés sur les packagings (17,5 %) :
    • Absences de soja (20 %)
    • Œuf (20 %)
    • Lait (16 %)

Leur présence a été retrouvée pour :

  • 32 % dans des plats cuisinés
  • 18 % épicerie et 18 % charcuterie (respectivement non mention d’œufs et de lait)
  • Présence de PATHOGENES
    • Listeria (17,5 %) : principalement trouvées dans des produits de charcuterie, fromages et produits de la mer
    • Salmonella (14 %) : charcuterie et produits laitiers
  • Présence de CORPS ETRANGERS (14 %)
  • Autres (Erreurs de DLC/DDM, défaut d’emballage, E.coli....)

*bilan établi à partir du site internet www.process-alimentaire.com. Base de données : DGCCRF, enseignes de distribution, associations de consommateurs, communiqués des entreprises - Extrait de la revue Process alimentaire (mars 2018)

Les signes cliniques induits par les virus BTV-4 & BTV-8 en France métropolitaine

Le bulletin épidémiologique Anses DGAL vient de publier un article sur les signes cliniques induits par les virus BTV-4 et BTV-8 de la fièvre catarrhale ovine en France métropolitaine.

En résumé, des signes cliniques les plus fréquents étaient :

  • Pour les bovins atteints par la FCO-8 entre le 16 août 2017 et le 24 janvier 2018 : abattement et dépression (41 %), chute d’appétit et anorexie (35 %), avortement (32 %). Même si la FCO ne peut entraîner des avortements (avec infection de l’avorton), un lien de causalité n’a pas pu être déterminé pour la plupart des foyers dû à l’absence d’analyse sur l’avorton. Une révision des critères de suspicion clinique de FCO est donc en cours, incluant les avortements, avec des modalités de confirmation biologique adaptées.
  • Chez les ovins et caprins infestés par le virus BTV-4 en Corse au 24 janvier 2018 : abattement ou dépression (78 %), œdème de la face, inter-mandibulaire ou du mufle (42 %), jetage nasal, perte d’appétit ou anorexie, et hyperthermie (33 %). Aucun foyer clinique de FCO-4 n'a été détecté en France continentale à ce jour. Cependant, le faible nombre de foyers détecté depuis novembre 2017, majoritairement durant une période d’inactivité vectorielle, laisse envisager une possible apparition de foyers cliniques au printemps-été 2018. La surveillance événementielle est donc fondamentale afin de surveiller les évolutions possibles de la circulation virale et de l’impact clinique du BTV-4.

Réf : Plateforme ESA - pour plus de details : http://bulletinepidemiologique.mag.anses.fr/sites/default/files/O-008_2018-03-12_FCO4-France_Pandolfi_VF.pdf
 

Nouvelle portée d'accréditation Cofrac

L’audit Cofrac de l’automne 2017 a attesté de nos capacités d’expertise pointue en validant l’ensemble des extensions demandées par notre laboratoire et ren renouvelant sa confiance pour le maintien des accréditations effectives.

Fortement impliqué dans une démarche d’amélioration continue, dans le but de toujours vous satisfaire, nous sommes heureux de vous présenter nos compléments d’expertise dans les domaines :

Extensions

  • BIOMOL SA : identification génétique de marqueurs microsatellites en portée FLEX 3
  • LAB GTA 05 (eaux et environnement) - Anions et cations (spectrométrie automatisée) en portée FLEX 3
  • LAB GTA 27 (sérologie) - Brucella ovis en portée FLEX 1

Renouvellement

  • LAB GTA 30/99-5 et 6 - FLEX 1 : analyses de substances autorisées ou non à usage vétérinaire en portée FLEX 1
  • PARASITO SA – trichines en portée FIXE
  • LAB GTA 29 – prélèvements d’eau en portée FLEX 1 et FIXE
  • LAB GTA 36/116 – métrite contagieuse équine en portée FLEX 1
  • LAB GTA 25/60 et 80 – analyses physico-chimiques en vue de l’étiquetage nutritionnel en portée FLEX 1 et FIXE
  • BIOMOL SA : analyses de biologie moléculaire en santé animale en portée FLEX 3 réduite et FLEX 3
  • LAB GTA 27 : analyses en immuno-sérologie animale en portée FLEX 1, FLEX 2 et FLEX 3
  • LAB GTA 05 : analyses physico-chimiques des eaux en porttée FLEX 1 et FLEX 3
  • LAB GTA 45/99-3 : détermination du Mercure, Plomb, Cadmium dans les denrées alimentaires d'origine animale en portée FLEX 1
  • LAB GTA 23 : analyses microbiologiques des eaux en portée FLEX 1
  • LAB GTA 59 : analyses microbiologiques des aliments en portée FLEX 1
  • 167 : dépistage des ESST en portée FLEX 1

 

Pour toute précision technique, tarifaire, ou règlementaire, veuillez contacter notre service clients : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Annexe technique Cofrac

NUTRI-SCORE : l'arrêté signé par le gouvernement pour un étiquetage "plus clair"

Le gouvernement a signé le 31.10.2017 l’arrêté qui reconnaît le logo NUTRI-SCORE  comme le seul étiquetage nutritionnel simplifié et volontaire, en complément du tableau nutritionnel obligatoire (règlement européen Inco).

Ce dispositif classe les produits du plus au moins favorable à la santé en associant une lettre (A, B, C, D, E) à une couleur (du vert foncé au rouge).

Le score prend en compte pour 100 grammes de produit, la teneur :

  • en nutriments et aliments à favoriser (fibres, protéines, fruits et légumes) ;
  • et en nutriments à limiter (énergie, acides gras saturés, sucres, sel).

Le Nutri-score a été choisi par un comité scientifique indépendant, après une expérimentation en magasins. Ainsi les industriels pourront appliquer ce dispositif, cependant facultatif car il repose sur le volontariat des entreprises de l’agroalimentaire et des distributeurs, comme l'indique la réglementation européenne.

Le plan Eco Antibio 2 (2017-2021)

Le second plan pour diminuer l'utilisation des antibiotiques vétérinaires est arrivé.

Le but est d'obtenir la même tendance de baisse de l'utilisation d'antibiotiques que pour l'Eco Antibio 1 :

- pas d'objectif chiffré (sauf pour la Colistine)

- volonté d'aller plus loin dans les bonnes pratiques, la formation, et la sensibilisation sur le sujet

Le plan se décline en 20 mesures ; elles sont réparties en quatre axes :

1. développer des mesures de prévention des maladies infectieuses et faciliter le recours aux traitements alternatifs

2. communiquer et former sur les enjeux de lutte contre l'antibiorésistance

3. mettre à disposition des outils d'évalutation et de suivi du recours aux antibiotiques ainsi que des outils pour leur prescription et admnistration responsables

4. élargir ces efforts vers l'Union européenne et l'international.

 

 

Actualités

Agro-alimentaire

Eau & Environnement

Santé animale

Produits et Services